Les Contes de Lumen

Quatuor à cordes,  Piano et Récitant

Nicolaï Della Guerra

lumen qualité site 2

« Les Contes de Lumen » est un conte musical pour récitant, quatuor à cordes et piano, composé par Nicolaï Della Guerra entre 2017 et 2019 sur un texte de Catherine Veltcheva. La création a eu lieu le 05 Aout 2020 dans le petit village de Rochechinard au cœur de la Drôme suite à une résidence d’artiste impulsée par le collectif Leto.

Cette œuvre de chambre comporte 8 tableaux narrant les aventures de Fejodor, protagoniste de ce conte initiatique. Mêlant musique contemporaine, textes et chansons de Lumen, ces tableaux poétiques nous inviterons à suivre le voyage intérieur de celui qui par la force de la musique apprend à découvrir l’humanité d’un monde accessible à ceux qui apprennent à le voir.

Tout avait commencé par une de ces belles matinées quand le soleil encore somnolent jouait paisiblement avec le brouillard. Un brouillard cotonneux, blanc et doux s’étalait ce matin-là sur la contrée lointaine du pays des Lumen.

Comme tous les matins Fejodor ouvrit les yeux, se leva et souffla sur les braises dans la cheminée. Le feu crépita, il suspendit la grande marmite dans laquelle il versa de l’eau du puits, y jeta les racines ocres pour relever le goût et quelques légumes multicolores aux formes géométriques qui ne poussent qu’au pays des Lumen. Il espérait partager ses repas avec d’autres Lumen, mais il n’en avait encore jamais rencontré. Féjodor avait toujours vécu seul. Il était heureux car il aimait le bonheur mais il sentait malgré cela qu’au fond de lui quelque chose lui manquait. Lors de ses promenades quotidiennes jusqu’au vieux Chêne au-delà duquel il ne s’aventurait jamais, il n’avait fait d’autres rencontres que celle de la Nature qu’il percevait. Vivante, mystérieuse, merveilleuse et luxuriante certes, mais il n’avait encore jamais rencontré de Lumen pour partager ses repas.

Comme tous les matins, Fejodor sortit se promener seul en chantant, mais ce matin- là, à sa grande surprise, tandis qu’il chantait comme à l’accoutumée de sa belle voix mélodieuse, il ressentit des picotements et une chaleur se diffusa dans son corps. Une énergie particulière et une force vitale le submergèrent. Une voix intérieure venant du plus profond de son être chuchota:«C’est moi…Fejodor»Il s’arrêta, croyant rêver…il tendit l’oreille regarda autour de lui mais lorsque la voix se fit de nouveau entendre : « Je suis Fejodor , je suis ton moi». Tonmoi ?…mais aucun doute !Tonmoi était sa propre voix !Il pencha la tête pour entendre son cœur et sursauta lorsque la voix reprit : « Allez chante Fejodor, chante plus fort, pour moi ! ». Il sentit un trémolo…Emu il toussa légèrement, prit une inspiration profonde et dès la première note un chant puissant, vibrant aux notes pures et limpides envahit toute la contrée. Fejodor se sentit transporté par un flot de vagues qui le poussèrent jusqu’au vieux Chêne. Ce matin il ne fit pas demi-tour comme il faisait d’habitude, non, il contourna l’arbre et se trouva devant un chemin sinueux et nouveau dont il ignorait l’existence. Transporté par la curiosité de la découverte il s’engouffra dans la forêt à la quête de l’inconnu. A partir de ce matin-là, sa vie changea.